Ahah, à force de dire que la fin des prépas approche, on s'y croirait presque ! Mais en fait, il reste encore 6 semaines de cours !

Depuis un petit moment, je suis dans une période assez positive : mes notes ne sont pas trop mauvaises, même si l'ambiance de classe n'est pas si top de mon point de vue, ça se passe bien avec les quelques potes avec lesquels je suis, tout cela crée une atmosphère assez positive. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, ce n'est pas le kiff total, mais ça passe mieux que les journées de cours super chiants en plein hiver d'il y a quelques semaines ! Mais le problème, c'est que dans cette petite bulle, je commence un peu à me relâcher, et je me fais parfois avoir puisqu'il y a toujours des DMs à préparer, des exercices à corriger et des colles à réviser ! Bref, faut revenir au travail ! Y en a plus pour longtemps !

Et sinon, pour les premiers lecteurs, qui se souvient de ma visite chez Areva ? Ahah, pas grand monde n'est-ce pas ? Je dois avouer que moi aussi, ça m'était sorti de la tête, y a quelques DMs qui sont passés entre temps. Pour vous rafraîchir la mémoire, je m'étais proposé d'écrire un article de synthèse sur cette sortie et j'avais promis de le publier également sur ce blog une fois paru dans le journal du lycée. Eh bien tout vient à point à qui sait attendre, l'article est enfin paru, il est complètement charcuté par rapport à ce que j'ai écrit, mais au moins, j'ai mon petit nom sur le journal du lycée ! Comme promis, je le publie également sur ce blog, vous pouvez cliquer sur l'image pour le voir en plus grand.

Article-journal-lycée

Voilà pour cette semaine assez classique. Hier matin, le français inaugurait les derniers concours blancs. Vu que je maîtrise assez bien les exercices du résumé de texte et des questions, j'ai choisi de prendre un sujet de type E3A où il ne fallait faire qu'une dissertation à partir d'une citation de Jean-Louis Chrétien :

Nous ne voulons pas parler à ceux qui savent tout trop bien, nous ne voulons pas parler pour qu'on finisse nos phrases à notre place, nous ne prenons pas la parole pour nous dessaisir du lieu de notre être

Sur mon brouillon, j'avais écrit en gros "ÇA DOIT POUVOIR SE FAIRE", histoire de m'encourager. J'ai réussi à faire un truc pas trop mal au regard de mon niveau, j'espère que ça convaincra le prof !